Et si on allait plus loin

Webzine

Astuces et outils de municipalités

Dossier de _ articles
Planification et ordonnancement des interventions
Et si on allait plus loin
Réaliser un plan d’intervention à l’interne 
Réaliser un appel d’offre pour un plan d’intervention à l’externe : Un modèle de devis-type
Partir du bon pied en 3 étapes !
Les plans d’intervention pour le renouvellement des conduites d’eau potable, d’égouts et des chaussées

Et si on allait plus loin

Auteur(s)

Ceriu

Dans un autre cas de figure, lors de la réalisation de son plan d’intervention, la ville de Rouyn-Noranda a réalisé un plan de gestion des eaux pluviales pour déterminer les infrastructures prioritaires du réseau pluvial. Cette étude révèle que la majorité des conduites du réseau d’égout pluvial dans les secteurs de réseau pseudo-séparatif obtiendraient une cote de 5 « attention immédiate », c’est-à-dire admissibles au plan d’intervention. Pourtant, aucun problème majeur n’est connu sur ce réseau. 

Pour arriver à ces résultats, la ville a évalué, à l’aide de modélisations, la superficie touchée par un refoulement de surface (réseau majeur). Celle-ci démontre que dans le cas où des secteurs sont touchés, le niveau d’élévation de l’eau a été identifié pour s’assurer qu’il ne cause pas de dommage aux résidences ou crée des problèmes importants de circulation.

[IC]

Le résultat de cette étude démontre que:

  • peu de secteurs avec des accumulations d’eau en surface posent problème
  • de nombreuses conduites sont classées en réseaux prioritaires alors qu’elles ne causent a priori pas de dégât selon les critères actuels permettant l’établissement du statut de l’indicateur EPL-4 du Ministère « problème hydraulique »

En effet, le fait de qualifier ces tronçons de « mauvais état » les classe en priorité importante et vient créer de fausses priorités d’interventions sur le réseau. Cela peut impliquer une surévaluation des coûts et une difficulté à identifier les conduites les plus prioritaires. Ce travail permet de s’interroger sur certains aspects du plan d’intervention, mais souligne surtout les initiatives innovantes des villes pour mieux comprendre et gérer leurs infrastructures. Il est intéressant de constater que la volonté d’intégrer les critères des municipalités avec les exigences du Ministère dans un logiciel tend à se répandre.