Aller au contenu principal
2018-08-21
Auteur
Christian Pelletier, Ville de Québec

Congrès INFRA 2018

19 au 21 novembre

Biographie du conférencier

J'ai un DEC en traitement des eaux au Cegep St-Laurent et un BAC en génie chimique de l'Université de Sherbrooke.  De 1998 à 2001 j'ai acquis de l'expérience dans le domaine des pâtes et papiers en traitement des eaux pour ensuite, de 2001 à 2007, évolué au sein de l'industrie chimique chez PPG Canada comme ingénieur de procédé, chargé de projet et coordonnateur de l'environnement.  De 2007 à 2016, j'ai été ingénieur de procédé et chargé de projet pour la rénovation des UTE au Service du traitement des eaux à la ville de Québec pour ensuite prendre en charge la division de l'entretien et de la gestion des actifs pour les usines et les ouvrages de la production d'eau potable et du traitement des eaux usées.

Résumé de conférence

Suivant un audit en 2013 sur l'organisation de l'entretien des actifs du Service du traitement des eaux (6 usines et plus de 1200 ouvrages sur les réseaux), un plan d'implantation quinquennale des meilleures pratiques en entretien d'actifs industriels a été développé et mis en œuvre en 2015. Ce plan, très odieux, proposait un virage à 180 degré des pratiques d'entretien sur les équipements de traitement des eaux et de l'organisation de la planification du travail dans le but de passer d'un mode à 100% en urgence en intervention d'entretien à un mode d'entretien planifié et préventif. Ceci afin d'augmenter la fiabilité des équipements de traitement des eaux, d'assurer leur pérennité mais aussi d'être en mesure de prendre en charge l'ensemble des nouveaux équipements et la désuétude des équipements, tout cela en minimisant les coûts et la main-d’œuvre. Une intervention en mode urgence a un coût de 3 à 9 fois supérieur qu'une intervention en mode planifié. Le projet consitait à implanter la gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO) avec un nouveau logiciel (Maximo); réaliser l'inventaire de dizaine de millier d'équipements (plus de 50 000); Faire l'embauche de planificateurs et de fiabilistes; enfin, le développement de la maintenance planifiée et de la fiabilité et l'implantation de calendrier des travaux ne sont que quelques items du plan quinquennal. Après trois ans d'implantation, les résultats sont chiffrables, rentables et très encourageants. Ce projet implique plusieurs unités administratives de la Ville de Québec, entre autre le service des TI (Technologies de l'information), le service des approvisionnements, la section du soutien technique, la division des opérations ainsi que tous les employés de la division entretien et gestion des actifs du Service de traitement des eaux.

Documents

2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad