Aller au contenu principal
2018-08-20
Auteurs
Antonin Pavard, ESTP- Institut de Recherche en Constructibilité
Patricia Bordin, ESTP- Institut de Recherche en Constructibilité

Congrès INFRA 2018

19 au 21 novembre

Biographie des conférenciers

Actuellement doctorant à l’Institut de Recherche en Constructibilité (IRC), Antonin Pavard travaille sur les interactions entre voirie et réseaux enterrés. Il est titulaire d’un master professionnel en sciences des territoires et de l’information géographique. Il a commencé sa carrière en 2011 au sein du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) dans le laboratoire Géographie-cités (Paris). En tant qu’ingénieur d’études, il est intervenu sur plusieurs projets : étude de l’évolution des ségrégations spatiales en région parisienne (financée par la direction régionale parisienne de l’équipement – DRIEA), étude sur les données urbaines européennes (financée par l’Observatoire en Réseau de l’Aménagement du Territoire Européen – ESPON), étude des comportements face au risque d’inondation (financée par l’Agence Nationale de la Recherche – ANR). En 2015, il a créé sa propre structure de services à la recherche.

Patricia Bordin est chercheur à l'Institut de Recherche en Constructibilité (IRC) et directrice de GéoSpective, société dédiée au développement de méthodes et d'outils pour l'étude et le traitement de données géographiques. Elle est ingénieur, titulaire d'un doctorat en sciences de l'information géographique. Elle a commencé sa carrière au sein de l'IGN, l'organisme étatique français en charge de la couverture cartographique nationale. Sa première mission portait sur la qualité d'une des bases de référence nationale. Par la suite elle a intégré la Recherche pour travailler sur la dimension temporelle dans les SIG. En 2007, après l'obtention de son doctorat, elle a rejoint l'Ecole Nationale des Sciences Géographiques, avec la mission de créer le Laboratoire de Géomatique Appliquée. En 2011, elle était directrice scientifique de l'école, quand elle créée sa propre structure GéoSpective. Depuis, elle intervient principalement après de grands gestionnaires de réseaux et poursuit parallèlement des activités de recherches au sein d'établissements d'enseignement supérieur.

Résumé de conférence

Les données SIG disponibles sur le thème de la route sont organisées le plus souvent sous forme de graphes, composés de sommets (intersections routières), et d’arrêtes les reliant (tronçons routiers). Cette structure conduit à une représentation linéaire de la route, et plus exactement des voies de circulation. On parle alors de données réseau routier. Dans un contexte de gestion patrimoniale des infrastructures routières, ces bases de données (BD) sont insuffisantes et inadaptées. D’abord, elles se focalisent sur les voies de circulation, qui ne représentent qu’une partie des infrastructures routières. Ensuite, la modélisation linéaire ne permet pas de saisir des emprises (surfaces) au sol, et encore moins des portions de sous-sol permettant de décrire la structure de la route, soit l’épaisseur de ses couches. Il convient finalement de s’appuyer sur une représentation de la voirie sous forme de portion de territoire, la voirie étant définie comme l’ensemble de l’infrastructure routière et son emprise verticale et horizontale. En France, le référentiel géographique à grande échelle, la BD topographique produite par l’organisme étatique responsable de l’information géographique contient un bon exemple de données de réseau routier. Quelques rares BD dédiées à la gestion patrimoniale sont produites dans le cadre d’initiatives locales (ex. municipalités), mais ne prennent généralement pas en compte toutes les dimensions de la voirie (chaussée, trottoir, piste cyclable...). Ce manque provient aussi bien d’un problème de définition et de délimitation de la voirie, que de modélisation sous SIG. Notre travail de recherche a pour objectif de définir un modèle de données adapté à la gestion patrimoniale. Notre démarche repose sur une analyse sémantique de la voirie et de ses éléments constitutifs. Elle propose une étude des données existantes (notamment à partir de cas français) et de leur modélisation, afin de dégager leurs avantages et limites dans ce contexte de gestion patrimoniale.

Documents

Documents
2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad