Aller au contenu principal

ESPACE SURFACE : le nouveau rendez-vous des spécialistes en infrastructures de surface

2017-10-16
Les rendez-vous ESPACE SURFACE sont de nouvelles occasions d’échanger, le temps d’une matinée, entre acteurs concernés par les infrastructures municipales de surface sur des sujets d’actualité. Le nombre de places est limité, n’hésitez donc pas à vous inscrire via courriel auprès de Mme Ambros, maeva.ambros@ceriu.qc.ca Lancé par le conseil permanent Infrastructures de surface, et animé par Jean Carrier de la ville de Montréal, la première rencontre matinale aura lieu le jeudi 9 novembre, de 9h à 12h, au CERIU, sur le thème : L’auscultation des chaussées selon les critères du Guide d'élaboration d'un plan d'intervention pour le renouvellement des conduites d'eau potable, d'égouts et des chaussées produit par le MAMOT en 2013. On y abordera les points importants suivants : les intrants pour le calcul de l’indice de condition des chaussées (PCI) l’importance de certaines dégradations relativement à l’indice calculé le mode d’évaluation qu'il soit visuel ou à partir d’équipements spécialisés les exigences minimales à inclure dans les devis d’auscultation l’interprétation de l’indice de condition pour l’établissement du bilan de condition des chaussées la représentativité des résultats par rapport à la réalité observée. Les échanges permettront de faire le point après quatre années d’application des critères du Guide d’élaboration d’un plan d’intervention au niveau des chaussées et d’envisager certaines recommandations. En espérant vous voir nombreux !

Edmonton accueille des communautés de Practice sur la gestion des actifs pour les municipalités du Canada

2017-10-16
La présidente-directrice générale du CERIU, Mme Catherine Lavoie, ainsi que Mme Marie-Élaine Desbiens, spécialiste en gestion d’actifs, ont rejoint 26 autres dirigeantes et dirigeants gouvernementaux et représentants d'associations de onze communautés de compétences provinciales et territoriales à Edmonton les 13, 14 et 15 septembre 2017. Cet atelier national a permis d’élaborer un cadre de collaboration entre les différentes organisations. Les participants ont exploré les moyens de partager de l'information et de s'entraider à travers le Canada tout en continuant à offrir des services de gestion d'actifs à nos collectivités. Les communautés de pratique reconnaissent les différences de taille, de localisation physique, de fonction et de réalités législatives au sein de chaque juridiction, de sorte que les discussions ont porté sur les moyens de collaborer et de partager des ressources, des outils et des pratiques exemplaires qui ne contribueraient pas seulement à favoriser la gestion de l'actif localement, mais fournissent également une voix nationale harmonisée. Le groupe se réunira à nouveau à Québec à la fin du mois d'octobre dans le but de créer une structure définitive et un mandat pour le groupe. Chaque communauté de pratique est structurée pour répondre aux besoins locaux liés à la gestion d'actifs d'infrastructure publique et a été créé pour assurer le transfert de connaissances et le partage d'informations entre leurs communautés et constituants respectifs. Les groupes qui ont participé à Edmonton étaient: Gestion de l'infrastructure de l'Atlantique (couvrant Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard), CERIU (Québec), Asset Management Ontario et Ontario Coalition for Sustainable Infrastructure (Ontario) Asset Management Saskatchewan , Infrastructure Asset Management Alberta, Asset Management BC et Yukon Asset management. Le Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest sont également représentés et formeront des groupes similaires. Le Réseau canadien des gestionnaires d'actifs (CNAM) était un participant et a aidé à rassembler le groupe grâce à une offre du Programme municipal de gestion d'actifs (MAMP), délivrée par la Fédération canadienne des municipalités et financée par le gouvernement du Canada. Pour plus de détails sur le programme, cliquez ici Une commandite de la FCM

Un congrès multidisciplinaire spécialisé en gestion d’actifs municipaux au Québec

2017-10-13
La 23e édition du Congrès INFRA 2017 du Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) se déroulera du 4 au 6 décembre, au Palais des congrès de Montréal. Plus de 1 500 participants provenant des villes, de firmes de génie-conseil, d’universités, d’entreprises et du gouvernement. Au programme : un éventail d’innovations technologiques, dont de nouveaux matériaux, techniques, stratégies et savoir-faire. 3 jours pour échanger sur des thèmes stimulants et dynamiser une collaboration multidisciplinaire pour une vision commune d’une gestion durable du patrimoine urbain. Sur le thème Le patrimoine urbain : un enjeu de gestion durable des actifs, cet événement mobilisera des ingénieurs, techniciens, urbanistes, architectes, architectes paysagistes, gestionnaires et chercheurs pour explorer des solutions inédites et repenser les façons de faire de manière à pouvoir laisser aux générations futures des actifs municipaux en bon état. Plus particulièrement, la programmation met l’accent sur les pratiques et techniques qui soutiennent la saine gestion des actifs. De même, il sera question de la diminution des impacts environnementaux par le biais de méthodes d’auscultation et de réhabilitation des réseaux, mais aussi de la mise en œuvre de stratégies de gestion verte des eaux pluviales. On abordera également les enjeux de la transformation urbaine, de la mobilité et de l’acceptabilité sociale. Finalement, un forum de discussion permettra d’amorcer une réflexion sur les enjeux des programmes de financement des infrastructures municipales et les besoins des municipalités du Québec d’aujourd’hui. En ce 375e anniversaire de Montréal, la session du lundi 4 décembre Parole à cinq acteurs du Montréal urbain invite Dinu Bumbaru, Héritage Montréal; Clément Demers, Société AGIL OBNL; Alexandre Taillefer, XPND Capital; Christian Yaccarini, Société de développement Angus; accompagnés par l’urbaniste Marie Lessard, à se pencher sur les avenues prometteuses de l’adaptation de la ville aux réalités changeantes de l’environnement et de la société dans une continuité historique. Ce sont là quelques-uns des sujets d’intérêt qui viendront alimenter le congrès INFRA 2017! Consultez le programme en cliquant ICI

Bénéficier gratuitement d’une formation adaptée à votre municipalité en gestion d’actifs

2017-10-13
Nous sommes heureux d’annoncer que le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) a été sélectionné parmi les 22 organisations partenaires dans l’ensemble du pays qui recevront 3,6 millions de dollars en subventions, afin de concevoir et de donner de la formation sur la gestion des actifs aux municipalités. Cette initiative est offerte par l’intermédiaire du Programme de gestion des actifs municipaux qui est administré par la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et financé par le Gouvernement du Canada.  Par l’entremise de cette initiative, le CERIU annonce, dès aujourd’hui, que sa formation Éveil aux concepts de base reconnus en gestion d’actifs est offerte, gratuitement, à deux représentants par municipalité du Québec. Cette formation d’une journée propose un aperçu des bonnes pratiques de gestion d’actifs internationales, et des principes, que le système de gestion ISO 55001 demande d’intégrer à une organisation. La formation veut permettre ainsi de mieux comprendre comment l’alignement organisationnel peut se structurer afin d’éviter les vases clos et initier des gains tangibles pour votre organisation. Le but étant d’aider les municipalités à accroître les compétences de leurs employés afin que la gestion des actifs passe de la théorie à la pratique et puisse ainsi optimiser, à des coûts abordables, les services souhaités par les résidents. Consultez la formation en cliquant ICI Consultez le programme de gestion des actifs municipaux de la FCM en cliquant ICI   

Les cyclistes, victimes du mauvais état des routes

2017-08-29
Des chercheurs se penchent sur l’entretien des voies routières et cyclables afin de limiter les accidents Climat, circulation, travaux : les routes du Québec sont malmenées et se dégradent à grande vitesse. Les coûts matériels et parfois humains qui en découlent poussent des chercheurs à proposer de nouvelles façons d’envisager l’entretien du réseau routier et cyclable de la province. Les routes du Québec sont mal en point, au plus grand dam des usagers. Si pour un automobiliste rouler dans un nid-de-poule rime souvent avec un passage au garage et des centaines de dollars en moins, pour un cycliste la situation peut être bien plus grave et valoir un séjour à l’hôpital, ou pire. Il y a deux ans, alors qu’elle circulait à vélo rue Chambord, à Montréal, pour se rendre sur son lieu de travail, Sophie Bouchard a roulé dans une flaque d’eau qui cachait en réalité un trou de plusieurs centimètres. Ce fut la chute directe. « J’ai été chanceuse,confie-t-elle, je m’en suis sortie avec une entorse à la cheville et de grosses égratignures ici et là. J’allais vraiment lentement, sinon ça aurait pu être bien pire. » La jeune femme n’est pas la seule à s’être blessée en raison du mauvais état de la chaussée. C’est le cas de plusieurs cyclistes chaque année à travers la province. Certains, n’ayant pas la « chance » de Mme Bouchard, en ressortent avec de graves blessures. « Une voiture, ça va abîmer ses pneus, mais quand un cycliste roule dans un nid-de-poule, il rentre dedans et c’est une chute », s’inquiète la directrice de Vélo-Québec, Suzanne Lareau. Et quand bien même le cycliste tenterait d’éviter le trou formé dans l’asphalte, en déviant de sa trajectoire, il se met en danger en étant plus susceptible de frôler des voitures », soutient-elle. « On a clairement un problème au Québec en matière d’infrastructures et de réseau routier », renchérit la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier, qui se désole de voir l’état des routes jouer autant sur la sécurité tant des automobilistes que des cyclistes. Sans pouvoir avancer de statistiques sur le nombre d’accidents causés particulièrement par ce problème, Mme Gauthier soutient que le montant des réclamations a beaucoup augmenté ces dernières années en ce qui a trait à des réparations de véhicules, et elle voit un lien à faire. Pour elle, le problème repose essentiellement sur le nombre grandissant de véhicules circulant sur le territoire. La Fondation Suzuki estimait récemment qu’en moyenne 80 000 véhicules s’ajoutaient sur les routes québécoises chaque année depuis 2006. « Quand on a construit [notre réseau routier], on ne l’a peut-être pas pensé pour autant de passages de véhicules », dit-elle, estimant qu’il faudrait réduire la circulation routière au plus vite, notamment en encourageant davantage l’utilisation et l’offre de service en transport en commun. Prévenir plutôt que guérir « Je dirais que le trafic contribue le plus à la détérioration des routes, suivi du climat et enfin du mauvais entretien », considère quant à lui Soliman Abu-Samra, de l’Université Concordia. Le doctorant s’inquiète grandement du vieillissement des routes de la province, rappelant que, rien qu’à Montréal, en moyenne 50 000 nids-de-poule sont comblés chaque année. 50 000C'est le nombre de nids-de-poule comblés chaque année à MontréalSource: Pavement Condition Rating Using Multiattribute Utility Theory Mais impossible d’agir sur le climat et difficile d’influer sur le trafic pour un chercheur. M. Abu-Samra a toutefois développé — avec d’autres chercheurs de Concordia — un système pour évaluer précisément l’état actuel d’une chaussée et ainsi recommander une intervention appropriée avant que la situation ne s’aggrave. Une façon d’aider les municipalités à mieux planifier leurs travaux d’entretien. « La différence avec les autres systèmes, c’est qu’il tient compte des facteurs opérationnels et climatiques, soit le trafic quotidien annuel moyen, le gel et dégel, la température moyenne en été et en hiver », explique-t-il. « Il faut penser le défaut d’infrastructure comme un être humain souffrant de tumeur cérébrale. Plus tôt vous le détectez et intervenez, moins le cancer se propage, et les chances et les chances de sauver une vie augmentent. C’est pareil avec une route qui a une fissure minuscule; en cas d’intervention retardée, la fissure se propagera et causera des dommages structurels à la route », donne-t-il comme exemple. D’après lui, la fermeture de routes pour refaire entièrement la chaussée et le coût que cela engendre pourraient être évités si les travaux d’entretien n’étaient pas retardés. « Le coût du retard de maintenance puis de réhabilitation peut être 6 à 10 fois supérieur à celui d’une action préventive », indique-t-il. Les pistes cyclables ne sont pas épargnées Véhicules ou non, les chaussées ont une durée de vie limitée, constate quant à elle Suzanne Lareau, de Vélo-Québec, faisant remarquer que les pistes cyclables n’échappent pas non plus aux fissures et aux nids-de-poule. Elles s’abîment moins vite que les routes, mais ont tout de même besoin d’être refaites pour éviter de mettre la santé, voire la vie, des cyclistes en danger. À ses yeux, il serait nécessaire que les municipalités se dotent de normes pour surveiller et entretenir les pistes cyclables, comme il en existe déjà pour les routes traditionnelles. 4,6 milliards C’est la somme investie sur les routes du Québec, pour la période 2017-2019, provenant des contribuables, que ce soit par l’entremise de taxes, de frais divers ou de redevances.Source: CAA Québec Le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) a justement publié en mai dernier un Guide d’auscultation pour les voies cyclables, avec l’aide financière de la Ville de Montréal. Le guide, tout premier du genre, s’adresse aux municipalités, entrepreneurs, organismes et institutions oeuvrant dans le milieu des infrastructures. Alors que de nouvelles pistes cyclables voient le jour chaque année, d’une ville à l’autre à travers la province, aucune norme en matière d’inspection et d’entretien de ces voies n’existe à l’heure actuelle au Québec, indique Maéva Ambros, chargée de projet au CERIU. « On voulait établir de bonnes pratiques dans le domaine et aider les municipalités à homogénéiser leurs façons de faire et à bien évaluer l’état des pistes. On leur propose notamment un classement en fonction du degré de sévérité. » Les villes sont en effet peu outillées dès qu’il s’agit d’entretenir leur réseau cyclable à long terme. Et utiliser les techniques existantes pour ausculter l’état des routes ne serait pas la solution puisqu’elles ont été conçues en fonction du confort des conducteurs de véhicules. « Le degré de sévérité n’est pas le même entre une route et une piste cyclable », soutient Maéva Ambros. « Un pneu de vélo, c’est bien plus fin qu’un pneu de voiture, donc [une chaussée en mauvais état] devient plus rapidement dangereuse pour les cyclistes. Certaines fissures ne sont pas acceptables sur les pistes cyclables alors qu’elles seraient encore tolérées sur une route traditionnelle », note-t-elle. De son côté, Mme Lareau estime que les travailleurs de la Ville ont aussi leur part de responsabilité dans ce problème. Elle déplore le manque de soin avec lequel ils rebouchent et colmatent les chaussées qu’ils ont dû éventrer pour réparer des canalisations. « C’est fait vite, sans se préoccuper du fait que les cyclistes ont besoin d’une surface plus lisse que les voitures pour leur sécurité », ajoute-t-elle. Source: Le Devoir  

Benchmark : données 2015 sur les pertes en eau au Québec

2017-08-18
Saint-Georges de Beauce et Adstock, des municipalités exemplaires Dans une video produite par le CERIU, Mathieu Laneuville, ingénieur et chargé du projet sur la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable du MAMOT, explique comment les municipalités peuvent procéder à l’installation de débitmètres et d’enregistreurs de données afin de détecter et de réparer leur fuites d’eau plus rapidement.  Source www.Flukaqua.com 

Connaitre les outils essentiels à la géomatique

2017-08-18
Le rôle et les avantages de la géomatique ne sont plus à expliquer, ce domaine est omniprésent dans tous les aspects de gestion des infrastructures et il ouvre de multiples possibilités lorsqu’il est question de réaliser l'acquisition, le stockage, l'analyse, la diffusion, l'interprétation et la gestion des données à référence spatiale relatives au territoire. Pour offrir aux spécialistes en gestion d’actifs municipaux, ingénieurs et techniciens de mieux maitriser les éléments essentiels de ce domaine, le CERIU a développé en collaboration avec Éric Lalonde, spécialiste reconnu, un premier cours de formation sous format vidéo. Celui-ci introduit ce qu’est la géomatique et son utilité dans le cadre de la gestion des infrastructures urbaines tout en s’appuyant sur des exemples pratiques. De cette manière, ce cours permet de visualiser l’ampleur des fonctionnalités possibles, en toute simplicité, sans se perdre dans tous les logiciels et applications proposés. Que vous soyez ingénieur municipal, personnel technique, ou tout autre intervenant de l’espace public, cette formation de 2 h 30 que vous pouvez suivre à votre rythme, vous permettra de : Reconnaitre les principaux concepts reliés à la géomatique, à la gestion des données d’infrastructures et à la cartographieDifférencier l’utilité et l’apport des systèmes d’information géographique (SIG) de ceux des logiciels de dessin assisté par ordinateur (DAO)Reconnaitre et utiliser les fonctions des SIG disponibles sur le marchéIdentifier les sphères où les participants tireront avantage de l’utilisation de la géomatique À vos claviers, cette formation est offerte au coût de 90 $ pour les membres et de 120 $ pour les non-membres du CERIU.  Pour toute question, veuillez communiquer avec Kareen Hall par courriel à kareen.hall@ceriu.qc.ca

Un, deux, trois... surveillez !

2017-08-17
En cette période estivale, cinq municipalités testent le Guide de surveillance des travaux d’infrastructures municipales. Au programme : lecture du Guide, mise en pratique des formulaires et réponse à différents sondages sur l’appréciation globale des documents. Lire ici en quoi consistent les projets pilotes. Soulignons également qu’une session de conférences traitera de ces questions dans le cadre du Congrès INFRA 2017.

Nouvelle édition du Guide sur la borne de raccordement commune (BRC) avec lampadaire

2017-08-17
Le CERIU annonce la parution de la deuxième édition du Guide sur la borne de raccordement commune (BRC) avec lampadaire. La première édition, réalisée en 2005, se devait d’être revampée et mise à jour. Supervisé par le conseil permanent Réseaux techniques urbains (RTU) du CERIU, ce Guide présente les méthodes d’installation des différents réseaux câblés souterrains dans le socle de la BRC ainsi que de nouvelles fiches techniques. Il s'adresse aux intervenants directement concernés par le déploiement des réseaux câblés de distribution souterraine en milieu urbain qui oeuvrent dans un environnement où une approche adaptée est nécessaire pour mettre en place des équipements tout en tenant compte des différentes contraintes et limitations des réseaux des entreprises de services publics.  Cette édition propose une méthode générale de conception sous forme de guide d’installation des différents conduits dans le socle de la BRC de type MCM™ ou son équivalent approuvé.   

Voies cyclables : En piste pour la deuxième phase du projet !

2017-08-17
Début de la phase 2 du projet Guide d’auscultation des voies cyclables en revêtement souple. Une fois les données collectées, comment intervenir ? Voilà la question que les spécialistes municipaux se poseront après avoir suivi les conseils du Guide d’auscultation des voies cyclables en revêtement souple du CERIU.   Riche du succès de ce premier guide, le CERIU souhaite développer un document traitant de la gestion de l’entretien des voies cyclables. Une rencontre a eu lieu à la mi-juin. Celle-ci a permis d’échanger sur les bonnes pratiques déjà en place et comprendre les besoins des municipalités. Les idées n’ont pas manqué d’idées. Le comité se rencontrera à nouveau en septembre pour statuer sur le contenu de la phase 2e de ce Guide.  Intéressé à collaborer ou à appuyer financièrement sur ce projet ? Veuillez contacter Maéva Ambros, ing. jr, maeva.ambros@ceriu.qc.ca   

Participation record pour l’appel aux conférenciers du Congrès INFRA 2017

2017-08-17
Surveillez l’ensemble du programme sera disponible au début septembre ! L’appel aux conférenciers du Congrès INFRA 2017 s’est terminé le 2 juin dernier. Un nombre record de propositions a été reçu en provenance de spécialistes d’ici, mais aussi de l’extérieur du Québec. Bien que positive cette situation a grandement compliqué le travail des membres des comités de sélection qui ont dû se résoudre à refuser des conférences prometteuses! Ainsi, seulement 65 % des conférences reçues ont été retenues. La programmation du Congrès INFRA 2017 affiche maintenant  96 conférences et le nombre de sessions a été augmenté à 18 pour les trois jours du Congrès. Les membres des comités techniques se sont rencontrés à plusieurs reprises afin d’évaluer les propositions en vue de finaliser la programmation de la prochaine édition qui se déroulera du 4 au 6 décembre au Palais des congrès de Montréal. Très enthousiasmes, ceux-ci parlent d’une année record en termes de quantité, mais surtout de qualité des présentations. Programmation préliminaire Thèmes des sessions Lundi 4 décembre De la planification aux aménagements urbainsAspects opérationnels et techniques de la gestion d'actifsInondation et résilienceParole aux acteurs du Montréal urbainGestion des eaux uséesGestion de l'eau potable Mardi 5 décembre Infrastructures de surface : nouveaux matériauxAspects stratégiques de la gestion d'actifsSurveillance de chantiers et contrôleInfrastructures de surface : matériaux durablesRéseaux techniques urbainsGouvernance et financement Mercredi 6 décembre Cohabitation sur les voies urbainesGestion verte des eaux  pluvialesINFRAExpoProjets urbains durablesInfrastructures souterrainesGestion des eaux pluviales Merci pour cette marque d’intérêt Les membres du comité remercient tous ceux qui ont complété l'appel aux conférenciers et invitent ceux qui malheureusement n’ont pu être retenus à participer de nouveau l’an prochain. 

Le décompte est commencé avant la mise en ligne du nouveau site Web

2017-08-17
À l’image de la constante évolution du CERIU et de ses membres, nous sommes fiers d’annoncer qu’un tout nouveau site Web sera en ligne au mois de septembre. Avec un achalandage annuel de 60 000 visiteurs et un réseau de contacts de plus de 8 000 spécialistes, cette refonte vise à élargir son réseau de contacts et à participer activement à l’effort de démocratisation des connaissances et de l’expertise en matière de saine gestion des actifs municipaux. Pour atteindre ces objectifs, le nouveau site Web a été réfléchi et conçu de manière à valoriser l’impact des actions passées et futures du CERIU, à simplifier la recherche en favorisant une navigation plus intuitive tout en offrant une facture visuelle plus attrayante et épurée, mais où néanmoins les images et photos occupent une grande place. Ainsi, les visiteurs, ingénieurs, gestionnaires, urbanistes, chercheurs et autres professionnels y trouveront facilement des vidéos techniques et des guides de bonnes pratiques pour s’appuyer et s’inspirer et ils pourront également participer à des webinaires et des formations en ligne. Restez à l’affût pour sa mise en ligne prochaine.

Rencontres d’orientations stratégiques 2018-2022

2017-07-25
C’est avec plaisir que Mme Catherine Lavoie, présidente-directrice générale du CERIU, vous invite à participer à l’une des trois rencontres d’une demi-journée pour discuter des orientations stratégiques du CERIU pour la période 2018-2022. Effectivement, cette année, le CERIU désire rencontrer les villes et municipalités, ses membres, ses partenaires et collaborateurs pour connaître leurs besoins et suggestions. Lors de ces rencontres, des orientations stratégiques seront proposées pour discussion et validation. Il sera alors possible d’élaborer par la suite un plan d’action pour la mise en œuvre des orientations stratégiques retenues. À cet effet, trois rencontres sont prévues avec tout d’abord les villes, municipalités et MRC, ensuite avec les entreprises des réseaux techniques urbains et finalement avec nos partenaires corporatifs, institutionnels et associatifs. Nous vous invitons donc à être des nôtres à l’une des rencontres suivantes :  Les villes : Mardi 29 août 2017 de 13h30 à 16h30Les entreprises RTU : Jeudi le 31 août 2017 de 13h30 à 16h30Les partenaires : Jeudi le 7 septembre 2017 de 13h30 à 16h30 Toutes les rencontres seront à l’Hôtel de ville de Repentigny, 435 boulevard Iberville, Repentigny. Nous espérons sincèrement que vous serez disponible et intéressé à vous joindre à nous. Veuillez  confirmer votre présence par courriel ou par téléphone à  Mme Catherine Lavoie: catherine.lavoie@ceriu.qc.ca  ou 514-849-9885 poste 237. Avec nos salutations. La présidente-directrice générale, Catherine Lavoie, ing. M. Sc.

Environnement et Changement climatique Canada - Code de pratique sur le bitume

2017-07-20
Code de pratique pour la réduction des émissions de composés organiques volatils (COV) provenant de bitume fluidifié et d’émulsion de bitume À titre d’importateur ou de distributeur de produits de pavage, ou encore à titre d’entreprise ou de gouvernement qui utilise ces produits ou prévoit de telles activités dans ses dispositions contractuelles, veuillez prendre connaissance du nouveau Code de pratique pour la réduction des émissions de composés organiques volatils (COV) provenant de bitume fluidifié et d’émulsion de bitume (Code). Le principal objectif du Code est de veiller à la protection de l'environnement et de la santé des Canadiens en recommandant l’utilisation, lorsque convenable, de bitume à faibles émissions de COV, tel que l’émulsion de bitume. Un sondage préparé pour Environnement et Changement climatique Canada, et mené auprès d’utilisateurs de bitume en 2010, a montré que 85% du bitume liquéfié en usage était de l’émulsion de bitume. Toutefois, même si le bitume fluidifié ne représente que 15% du bitume liquéfié utilisé, il est responsable de plus de 59% des émissions de COV. Or, les COV contribuent à la détérioration de la qualité de l’air par la formation de smog et augmentent ainsi le risque de développer des maladies respiratoires et cardiaques. Entre le 1er mai et le 30 septembre (saison de l’ozone) annuellement, le Code recommande que le bitume fluidifié importé, vendu ou utilisé dans un matériau d’asphaltage pour des opérations de pavage, de construction ou d’entretien, ait un contenu en COV d’au plus 0,5 % par volume, qui s’évapore à 260°C ou moins, et d’au plus 3% par volume pour l’émulsion de bitume. Le Code émet aussi des recommandations relativement à l’étiquetage, à la passation de contrats, à la formation du personnel et à la tenue de registres. Nous vous encourageons à étudier vos pratiques d’affaires actuelles et à identifier les occasions d’intégrer les bonnes pratiques suggérées à vos opérations et à vos futures dispositions contractuelles. Vous pouvez, par exemple, inclure une référence au Code dans vos devis ou vos contrats. Le Code peut être obtenu en ligne à l’adresse : http://www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?lang=Fr&n=BBD8AD11-1. Pour plus d’information sur les Codes de pratique, visitez le: https://www.ec.gc.ca/lcpe-cepa/default.asp?lang=Fr&n=151D91AF-1 . De plus amples renseignements sur les COV et sur le Code sont présentés sur le site Web d’Environnement et Changement climatique Canada à l’adresse suivante: http://www.ec.gc.ca/cov-voc/Default.asp?lang=Fr&n=BEE9D2C5-1. Veuillez svp compléter et retourner le formulaire ci-joint. N’hésitez pas à communiquer avec moi pour toutes questions concernant ce Code de pratique. Karine Gauthier Direction des activités de protection de l’environnement Environnement et Changement climatique Canada 105 rue McGill, 4e étage Montréal QC H2Y 2E7 Courriel : EC.COVQC-VOCQC.EC@Canada.ca Tél.: 514-283-2335  

Présentez votre candidature aux Prix des collectivités durables 2018 de la FCM

2017-07-19
Voulez-vous que votre communauté soit reconnue comme leader en matière de développement durable? Proposez la candidature de votre municipalité aux Prix des collectivités durables 2018 de la FCM! Ces prix récompensent les projets de développement durable les plus innovateurs de tout le pays dans les catégories suivantes : Gestion des actifs – NouveauSites contaminésChangements climatiques – NouveauÉnergieConception et revitalisation de quartiers durablesTransportsMatières résiduellesEau Les municipalités n’ont pas besoin d’être membres de la FCM ou d’avoir reçu un financement de la FCM pour être admissibles, mais les projets doivent avoir commencé ou été terminés entre le 1er juin 2016 et le 15 septembre 2017. Les prix apportent aux récipiendaires une reconnaissance à l’échelle nationale et locale et font la promotion de leurs initiatives. De plus, les gagnants auront l’occasion de faire une présentation lors de la Conférence sur les collectivités durables de la FCM. Renseignez-vous et présentez votre candidature d’ici le 15 septembre 2017. 
2017 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad