Aller au contenu principal
2019-10-09

Congrès INFRA 2019

2 au 4 décembre

Biographie du conférencier

Jean-Marie Joussin: Ingénieur diplômé de l’ENPC (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées). A travaillé pendant plus de 30 ans dans le monde de la construction et de l’industrie avec des responsabilités techniques et de management couvrant la France, le Bénélux et les pays francophones d’Afrique.
Actif dans les métiers de l’eau depuis plus de 40 ans, il a participé en tant qu’expert à de nombreux groupes de travail au sein du CEN (TC155 WG14 et TC165 notamment), de l’ASTEE (Association Scientifique et Technique pour l’Eau et l’Environnement), RERAU (Réhabilitation des Réseaux d’Assainissement Urbains)... 
Il a été Président du comité français de normalisation des tubes composites.
Il a participé au comité français de certification CSTB et groupe d’expertise GS17 en charge d’évaluer et de certifier les produits ou techniques nouvelles dans le domaine des réseaux humides.
Il est administrateur de la FSTT (French Society for Trenchless Technologies) en charge de l’activité internationale. Il est également membre du Board of Directors de l’ISTT. Il a été élu en 2019 « Personnalité de l’année » pour ses activités au cours des 2 dernières années dans le domaine du sans tranchée.
 

Résumé de conférence

Catégorie: travaux sans tranchée, réhabilitation. Après une brève présentation des derniers développements des recommandations
françaises 3R-2014 V2.0 pour la conception des liners (publiée en 2017 par l'Association scientifique et technique ASTEE pour l'eau et l'environnement), l'influence des imperfections géométriques sur la résistance des liners vis à la nappe phréatique est présentée. Dans la méthode 3R2014, les imperfections sont traitées à l'aide de facteurs de réduction analytiques uniques ou de facteurs de réduction analytiques combinés. Les imperfections sont classées en deux types : les imperfections globales telles que le vide résiduel entre le liner et l’ouvrage (gap) ou l’ovalisation et les imperfections locales telles que les intrusions ou les fissurations significatives de l’ouvrage existant. Les imperfections globales sont globalement uniformément réparties autour du périmètre. Les imperfections locales sont réparties sur un secteur angulaire limité. Il est démontré que les imperfections géométriques diminuent considérablement la résistance au flambement du revêtement et augmentent les contraintes. Pour les ouvrages de type « ovoïde », la variation du rayon sur les flancs et le « gap » résiduel pour un chemisage ont une grande influence sur la résistance au flambement de l’ouvrage réhabilité. Comme il n'est pas toujours possible d'estimer les imperfections, les valeurs par défaut jouent un rôle important, car elles limitent les approches trop optimistes et conduisent à une certaine cohérence entre les différentes méthodes de calcul. Pour les tubages et chemisages courants de forme circulaire et 3 x 2, ainsi que pour les imperfections préfixées, il a été établi une bonne correspondance entre les tableaux de calcul DWA A 143-3 et le résultat des calculs selon la méthode française. Les travaux de normalisation européenne couvrant le dimensionnement mécanique des liners commencent maintenant et la nouvelle méthode.

Date de publication

Documents

2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad