Aller au contenu principal
2017-05-29
Auteurs
Karine Bilodeau, Université Laval
Geneviève Pelletier, Université Laval

Congrès Infra 2017

4 au 6 décembre

Biographie de la conférencière

Karine Bilodeau détient un baccalauréat en génie civil de l'Université Laval depuis mai 2016. Durant ses études de premier cycle, elle a cumulé plusieurs bourses pour son implication, dont des bourses de Tetra Tech, d'Hydro-Québec et de la Société québécoise des infrastructures. Ayant un fort intérêt pour le génie municipal, elle a obtenu la bourse de recherche Marthe-et-Robert-Ménard, lui permettant de débuter des études graduées dans le but d'obtenir sa maîtrise en génie des eaux à l'automne 2017. Depuis février 2017, elle travaille également à temps partiel comme ingénieure junior chez Tetra Tech, dans l'équipe Ressources-Eau. 

Résumé de conférence

Les systèmes de gestion des eaux pluviales en milieu urbain doivent protéger les cours d’eau récepteurs des impacts de l’urbanisation sur l’hydrologie et la qualité des milieux naturels. De plus, ils doivent être conçus de façon à s’adapter aux changements environnementaux à court et à long termes (variabilité de la pluie et changements climatiques).

Ce projet vise à évaluer la performance du contrôle en temps réel (CTR) des bassins d’orage dans un contexte de climat changeant, en tenant compte de l’incertitude sur les projections climatiques. Les objectifs du CTR des bassins d’orage sont de réduire et décaler les débits de pointe à l’exutoire et ainsi diminuer l’érosion au cours d’eau récepteur, en plus de permettre une amélioration de la qualité des eaux rejetées grâce à la sédimentation créée par l’augmentation du temps de rétention dans le bassin d’orage. Afin d’atteindre ces objectifs, les bassins d’orage sont adaptés en intégrant à leur exutoire des règles de contrôle globales prédictives, c’est-à-dire des règles qui prennent en compte les précipitations ainsi que les prévisions météorologiques, en climat futur. L’amélioration de la performance des systèmes d’eaux pluviales en climat futur par l’ajout de nouveaux bassins et l’ajout de pratiques de gestion optimales (PGO) est également évaluée. L’ajout de nouveaux bassins vise à optimiser la capacité totale de stockage sur un bassin versant afin de limiter les inondations. L’ajout de PGO vise à réduire les volumes de ruissellement, à décaler le débit dans le temps et également à réduire la charge en polluants dans l’effluent. 

Le CTR prédictif est déjà largement employé pour la réduction des débordements des réseaux unitaires. Toutefois, l’ajout d’infrastructures contrôlées en temps réel apporte un défi supplémentaire pour le CTR prédictif des réseaux pluviaux, soit la gestion du temps de réponse du réseau. Contrairement au temps de réponse rapide des réseaux unitaires, le temps de réponse des réseaux pluviaux inclut également le décalage des débits dans le temps causé par l’infiltration dans les PGO et par la rétention dans les ouvrages de stockages. Les règles de contrôle doivent donc prendre en compte l’aspect temporel afin de faire une gestion globale sur tout le bassin versant. 

Les réseaux pluviaux de trois municipalités québécoises sont modélisés et étudiés afin d’évaluer la performance des mesures d’adaptation en climat futur pour les situations sans adaptation, avec le CTR des bassins d’orage comme seule mesure d’adaptation, avec le CTR des bassins combiné aux autres PGO comme mesures d’adaptation et avec le CTR des bassins d’orage combiné aux autres PGO et à l’ajout de bassins. Les résultats permettront de statuer sur la façon la plus efficace de choisir les mesures d’adaptation des réseaux pluviaux aux changements climatiques. 

Documents

Documents
Accessible aux membres du CERIU
Accessible à l'achat
Accessible à tous

Acheter cette publication

Prix : 30 CAD
Prix membre : 0 CAD

Ajouter au panier
2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad