Aller au contenu principal
2018-08-20
Auteurs
Nathalie Sigouin, N. Sigouin Infra-conseils inc.
Simon Prévost, Municipalité de la Minerve

Congrès INFRA 2018

19 au 21 novembre

Biographie des conférencièrs

Nathalie Sigouin:Titulaire d’une maîtrise en diagnostic et réhabilitation des infrastructures souterraines et ayant débuté ma carrière au CERIU, j’ai été initiée rapidement à l’importance de la saine gestion des actifs municipaux.  J’ai ensuite travaillé chez Aqua-Réhab et en génie-conseil, pour faire un détour de 7 années comme responsable du schéma de couverture de risques en sécurité incendie et du plan de gestion des matières résiduelles pour la MRC d’Antoine-Labelle. C’est alors que j’ai réalisé que je suis une passionnée du monde municipal et que je peux avoir un impact significatif dans les communautés.  C’est en 2013 que j’ai créé ma firme d’ingénierie municipale.  Notre clientèle se compose de petites et moyennes municipalités, qui ont les mêmes enjeux que les grandes villes, mais avec des ressources techniques et financières beaucoup plus restreintes.  Notre équipe multidisciplinaire accompagne actuellement 25 municipalités dans la planification, la recherche de financement et la réalisation des travaux d’infrastructures.

Simon Prévost est électricien de formation ayant toujours oeuvré dans le domaine du génie civil, plus particulièrement au niveau des infrastructures municipales. Il occupe présentement la fonction de Directeur des travaux publics de la municipalité de La Minerve (MRC des Laurentides).

Résumé de conférence

Les enjeux des petites municipalités ne diffèrent pas de ceux des grandes villes. Elles exploitent une usine de production d’eau potable, distribue l’eau, collectent et traitent les eaux usées et gèrent des infrastructures. Elles sont responsables de la sécurité incendie, de la gestion des matières résiduelles et de la vie communautaire et sportive. Qu’est-ce qui les différencie des grandes villes ? D’abord le manque de ressources internes qualifiées pour faire face à ces enjeux. On note aussi l’absence de leviers de financement pour leurs infrastructures : l’usine d’eau qui dessert une cinquantaine de résidences, le réseau routier qui s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres, leur patinoire qui coûte le même prix que celle d’un grand quartier résidentiel. Les petites municipalités doivent donc faire preuve de créativité et d’innovation pour demeurer un pôle d’attraction et offrir des services de qualité à leurs citoyens. Depuis 2017, nous offrons une présentation sur les responsabilités municipales en matière d’infrastructures et les stratégies qui peuvent être mises en place pour permettre aux petites municipalités d’en faire plus avec des budgets restreints. On y traite du financement des infrastructures, de la planification et de l’importance d’un accompagnement technique pour que les élus puissent prendre des décisions techniques durables et économiquement viables. En 2014, on dénombrait au Québec 209 municipalités de moins de 500 habitants dont plus de la moitié opère des réseaux d’aqueduc et/ou d’égout. Parmi les 574 municipalités de 500 à 2500 habitants, plus de 80 % ont au moins un de ces réseaux alors que c’est la presque totalité des 148 municipalités de 2500 à 5000 habitants qui opère ces réseaux. Basé sur l’expérience des présentations faites jusqu’à maintenant, nous croyons que notre conférence a le potentiel de permettre aux 931 petites et moyennes municipalités du Québec d’en faire plus avec moins !

Documents

2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad