Aller au contenu principal
2018-08-20
Auteurs
Bernard Lavallée, Ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC)
Ève Nantel, Ministère de l’environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Congrès INFRA 2018

19 au 21 novembre

Biographie des conférenciers

Diplômé en génie civil en 1986 à l’université Laval, M. Bernard Lavallée a œuvré à titre de chargé de projet en génie municipal et en traitement des eaux pour différents bureaux de génie-conseil durant près de 12 ans. Il a intégré la fonction publique au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs en 2005, et a complété un doctorat en traitement des eaux usées 2009. M. Lavallée est actuellement Chef de la division eaux usées du Service des eaux municipales au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, de même que Coordonnateur du Comité d’évaluation des nouvelles technologies de traitement des eaux usées d’origine domestique. Il œuvre aussi au sein de plusieurs comités ad hoc qui visent à orienter la gestion de divers dossiers du ministère.

Mme Ève Nantel possède une maîtrise en Sciences de l’eau de l’INRS-ÉTÉ et est diplômée en géologie, profile en environnement, de l’Université du Québec à Montréal. 
Depuis septembre 2018,  Mme Nantel est responsable du dossier concernant les débordements des réseaux d’égout au MELCC. Avant de se joindre au Ministère, Mme Nantel  a travaillé plus de 12 ans dans le secteur privé à titre spécialiste en modélisation hydrologique et hydraulique des réseaux urbains. Mme Nantel a participé à plusieurs études de drainage telles que le diagnostic, la modélisation de réseaux, le calage de ceux-ci et la gestion par bassin versant des eaux pluviales. Elle a également réalisé des études de contrôle de débordement de réseaux unitaires et des plans directeurs sanitaires de réseaux d’eaux usées.

Résumé de conférence

Depuis 2014, la Position sur l’application des normes pancanadiennes de débordement des réseaux d’égout municipaux est appliquée pour toute analyse de demande d'autorisation concernant l'extension d'un réseau d'égout unitaire, domestique ou pseudo-domestique. Cette Position stipule qu’aucun projet d’extension de réseau d’égout susceptible de faire augmenter la fréquence des débordements ne sera autorisé sans que le requérant ait prévu des mesures compensatoires.

Une municipalité qui prévoit entreprendre ou autoriser des projets de développement ou de redéveloppement sur son territoire doit planifier des mesures compensatoires permettant d’éviter l’augmentation de la fréquence des débordements. Lorsqu’une municipalité doit planifier des mesures compensatoires sur son territoire, une des options prévues est d’élaborer celles-ci dans le cadre d’un plan de gestion des débordements visant à déterminer et à mettre en place des mesures compensatoires globales pour l’ensemble ou une partie importante de son territoire

L’utilisation d’un modèle de simulation dynamique du ruissellement est une méthode à privilégier pour définir la solution optimale pour la compensation des débits. L'utilisation d'un tel modèle informatique pour réaliser la modélisation des réseaux d’égout d'une municipalité et la mise en place des mesures compensatoires sera présentée. La présentation abordera notamment la calibration du modèle, essentielle à la définition de la solution optimale.

Documents

Documents
Modélisation des réseaux d’égout et des mesures compensatoires
Accessible aux membres du CERIU
Accessible à l'achat

Acheter cette publication

Prix : 30 CAD
Prix membre : 0 CAD

Ajouter au panier
2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad