Aller au contenu principal
2018-08-20
Auteurs
Mohamed Lamine Kateb, Ville de Montréal
Eric Pelletier, Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

Congrès INFRA 2018

19 au 21 novembre

Biographie des conférenciers

Mohamed Lamine Kateb, Ville de Montréal

- Maîtrise en génie civil Université de Sherbrooke - Juillet 2009
- Magister en génie civil Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (USTHB) Alger - Juillet 2006
- Ingéniorat (Bac) en génie civil USTHB Alger  - Septembre 2002
- Chargé de projets en expertise et soutien technique : Ville de Montréal depuis Mai 2016
- Chargé de projets et chef de Laboratoire : GHD Consultatns (Inspecsol.INC) Juin 2010 - Mai 2016
- Chargé des laboratoires béton : Collège de Valleyfield, Javier 2010 – Juin 2010                                                 - Enseignant en Résistance Des Matériaux : USTHB Alger – 2006
- Expert en bâtiment : Laboratoire de Géographie et d’Aménagement du Territoire, Alger  2005–2006
- Chargé de projets : BEMATT et Pyramide d’Art, Alger 2003–2006
- Arbitre international de Badminton depuis 2006
 

 Eric Pelletier

Il a effectué un retour aux études au CÉGEP de Lévis-Lauzon et y décroche un diplôme d’étude collégial en 2008 en techniques de laboratoire, voie de spécialisation en chimie analytique. 
- Il obtient par la suite un baccalauréat en chimie à l’Université Laval en 2010. 
- Après un passage en recherche pharmaceutique chez Endoceutics, M. Pelletier est, depuis 2012, à l’emploi du Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des Transports (MTMDET), au sein de la Direction des matériaux d’infrastructures (DMI). 
- Chargé de projets en spectrométrie de fluorescence des rayons X, il est responsable de l’analyse chimique d’une vaste gamme de matériaux d’infrastructures routières. 
- Il est également responsable de l’évaluation initiale et du suivi technique concernant les systèmes de peintures pour structures métalliques et les enduits anti-graffiti.
 

Résumé de conférence

Graffiti : inscription ou dessin griffonné par des passants sur un mur, un monument, .etc. (Larousse). Signifie également tout écrit ou dessin non officiel, tracé à main levée, dans l'espace public. Porteur de messages politiques, moqueurs, poétiques ou vulgaires; le graffiti s'inscrit d'emblée comme une figure de l'expression populaire(2) et constitue un enjeu dans les villes. La croissance de sa forme la plus récente, les «graffitis signés», a conduit de nombreuses municipalités à intervenir de manière proactive(3), comme la Ville de Montréal, qui possède un Plan d'intervention Graffiti depuis 1996 et est l’une des rares villes à soutenir l’enlèvement de graffitis sur le domaine privé. Tout comme la réglementation, chaque arrondissement est responsable de son programme d’enlèvement des graffitis sur le domaine privé. Différents types d’enduits à l’efficacité très variable étant disponibles, le fait que chaque arrondissement s’en procure indépendamment devenait problématique. En vue d’harmoniser les interventions et de réduire les coûts, il devenait primordial d’évaluer les enduits anti-graffitis disponibles pour établir une liste de produits pré-approuvés. À la demande du Service de la concertation des arrondissements, la Division de l’expertise et du soutien technique a été mandatée pour mener ces travaux. Tous les fournisseurs et producteurs au canada ont été invités à soumettre des produits satisfaisant à la norme ASTM D7089 et constituant un enduit permanent non-sacrificiel résistant à plus de 20 nettoyages. 7 des 8 produits soumis respectaient ces conditions. Les essais in situ consistaient au nettoyage de graffitis appliqués sur des produits anti-grafittis recouvrant des supports en béton, en tôle ondulée peinte, en brique et brique peinte avec différentes couleurs, en bois (régulier, ipé, torréfié et frêne torréfié), en plastique recyclé et sur des supports de signalisation en aluminium peints en noir. Si aucun enduit n’est efficace sur toutes les surfaces - plusieurs produits avaient des problèmes d’écaillage ou pelade allant de faible à élevé sur les surfaces en bois, le plastique recyclé, le support métallique et la tôle ondulée - trois d’entre eux ont présenté des bons résultats sur la majorité des surfaces mises à l’essai. Ces trois produits ont été retenus et soumis à des tests supplémentaires en laboratoire, notamment pour vérifier leur adhérence, leur résistance au gel/dégel et leur perméabilité (laboratoire du Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports (MTMDET)), ainsi que pour évaluer l’effet de changement de couleur des substrats (laboratoire Optech). Tous les revêtements évalués présentent des variations de couleur quantifiables et perceptibles pour l’usager. Néanmoins, un d’entre eux présente généralement les propriétés les plus proches de la surface témoin. Les essais d’absorption d’eau et de pénétration des ions chlorure permettent par ailleurs de classer deux produits comme étant de type 2 selon la norme 31101 du MTMDET, c’est-à-dire des enduits ayant un haut pouvoir imperméabilisant. Le troisième est plutôt considéré comme un enduit de type standard - type 1, puisque la réduction d’absorption d’eau et de pénétration des ions chlorure y est plus faible, bien que supérieure à celle d’un béton témoin.

Documents

Documents
2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad