Aller au contenu principal

Congrès Infra 2017

4 au 6 décembre

Biographie du conférencier

Guy Bilodeau a amorcé sa carrière en 1992 à Ville de Saint-Georges à titre de technicien pour les Services techniques. Il a par la suite occupé diverses fonctions au sein de la municipalité. Directeur du Service des travaux publics depuis 2008, il a toujours essayé de trouver des solutions qui permettraient de faire des économies en eau potable. Généraliste, Guy Bilodeau est une personne de terrain et d’action. Du genre conservateur dans ses méthodes et choix de travail, il aime bien faire des essais sur le terrain et si ça fonctionne, il va tout de même demeurer très réservé au sujet des bons coups de son Service. D’ailleurs, avant d’inviter les utilisateurs à économiser l’eau, il a préféré valider s’il était possible de mieux connaître son réseau de distribution d’eau potable afin de le maximiser. S’il est devant vous aujourd’hui, c’est grâce à son équipe extraordinaire qui partage la même passion, soit la réduction des pertes d’eau potable et croyez-le c’est vraiment POSSIBLE !

Résumé de conférence

Ville de Saint-Georges compte sur un réseau de distribution d’eau potable de 230 km avec une population de 33 000 personnes, dont 27 850 sont raccordées au réseau d’aqueduc. Une seule usine de filtration dessert le réseau en eau potable et sa source d’approvisionnement en eau brute est la rivière Chaudière. « Petit aparté, nous avons toujours une alternative d’alimentation en eau brute qui est un lac situé à 16 km à l’ouest de Saint-Georges. Toutefois, cette source d’approvisionnement offre un débit sous les 10 000 m³/jour. Vous comprendrez que lors de la tragédie survenue à Lac-Mégantic, celle-ci s’est avérée salutaire pour nos citoyens abonnés au réseau. » 

Ville de Saint-Georges est située dans la vallée de la Chaudière et la topographie du terrain fait en sorte qu'il y a des variations de  pression. Pour pallier à ces variations, la ville possède 6 postes de réducteurs de pression ainsi que 7 réservoirs d’eau potable d’une capacité totale de 15 000 m³. La pression statique varie entre 40 et 110 psi. De plus, tous les commerces, industries et institutions sont munis de compteurs d’eau.

Au cours des années, Ville de Saint-Georges a profité des correctifs et des constructions pour ajouter des débitmètres dans le but de mieux comprendre où va l’eau potable du réseau. Toutes les données des débitmètres sont transmises par ondes radio. D'ailleurs, un rapport détaillé de la consommation journalière est colligé. Sans nécessairement les avoir planifié, nos actions ont permis la sectorisation du réseau d’aqueduc.

Tous les matins, le chef de division réseau-voirie en fait la lecture. En cas d’absence, cette feuille est remise à un chef d’équipe en « recherche de fuite et suivi des réseaux ». Nous comparons les débits par jour, par mois et par année. Cette méthode, qui m'apparait simple, nous permet de diriger nos recherches de fuites. Lorsque nous avons ciblé un secteur, on s’attarde aux secteurs plus à risques, c’est-à-dire les tronçons d’aqueduc où nous avons des fuites ou des bris à répétition. Le processus qui consiste à détecter une fuite, la localiser et la réparer peut s’échelonner sur une période de 5 à 10 jours. Ce travail de détection a un impact majeur sur notre bilan d’eau potable. 

À preuve, notre production moyenne journalière de l’usine de filtration est passée de 11 000 m³/ jour en 2010 à 9 000 m³/ jour en 2016 soit une consommation moyenne de 322 litres / personne / jour.

Nous avons deux personnes à l’interne qui utilisent environ 50 % de leur temps à effectuer de la recherche de fuites. Le reste du temps, elles font le rinçage unidirectionnel, les appels de services, l’inspection des branchements et l’inspection de branchements d’égout domestique entre autres.

Documents

Documents
Accessible à tous
Accessible aux membres du CERIU
Accessible à l'achat
Accessible à tous
2019 © CERIU | Plan de site
Site Web conçu par Kiwad