Aller au contenu principal
2019-10-02
Auteur
Gérald Tremblay, Ville de Rivière-du-Loup

Congrès INFRA 2019

2 au 4 décembre

Biographie du conférencier

Détenteur d’un diplôme d’universitaire en génie civil, Gérald Tremblay, c’est joints à la Ville de Rivière-du-Loup comme directeur des travaux publics en 2006 pour ensuite prendre en charge, depuis plus de 3 ans, le service technique et de l’environnement. À ce titre, ils s’occupent de l’entretien des infrastructures et de l’ensemble des immeubles municipaux.  Au préalable, il a travaillé chez Premier Tech comme directeur technique à la division environnement, plus spécifiquement au traitement des eaux usées, ce qui l’a amené dans toutes les régions du Québec et aux États-Unis où il a vécu trois ans. 
Impliqué dans sa profession et son milieu, il a siégé, pendant 3 ans, comme administrateur sur le conseil d’administration de l’ATPA; il a été responsable de  l’organisation de la conférence neige de l’ATPA pendant 4 ans et finalement a siégé sur le comité organisateur du séminaire de l’AIMQ en 2013 et en 2018.

 

Résumé de conférence

Depuis quelques années, la gestion des eaux pluviales est devenue un facteur important à considérer dans la conception de nos projets.  Deux grands principes sont utilisés dans la gestion des eaux pluviales afin de satisfaire aux exigences de plus en plus sévères du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques.  
Le principe le plus largement utilisé dans la gestion des eaux pluviales est la construction de bassins de rétention hors terre ou souterrains contrôlés par une restriction de débit à la sortie.  Ce principe bien qu'efficace nécessite le transport de l'eau de précipitation dans des conduits pouvant atteindre plusieurs kilomètres selon l'endroit où est situé le point de rejet.  
L'autre méthode de gestion des eaux pluviales est celle favorisant la disposition des eaux de pluie sur place (in situ) par infiltration dans le sol comme c'était le cas avant l'utilisation du terrain pour y construire une structure.  Cette méthode reproduit les conditions naturelles et permet une meilleure répartition des eaux pluviales sur le territoire.  Plusieurs types de matériaux perméables ou poreux permettent l'atteinte de cet objectif, mais peu sont abordables pour une utilisation à grande échelle, c'est pourquoi nous avons à Rivière-du-Loup fait l'essai depuis 2012 du pavage asphaltique poreux dans 3 de nos stationnements municipaux.  L'asphalte poreux, ou non, demeure un matériel de construction très peu dispendieux d'où l'intérêt d'essayer ce produit.
 

Date de publication

Documents

Documents
Asphalte poreux, être ou ne pas être
Accessible aux membres du CERIU
Accessible à l'achat
Publicité
2022 © CERIU | Plan de site