Aller au contenu principal

C'est quoi la gestion des actifs?

2018-04-04
Cet article a pour but de faire connaître ce qu’est la gestion des actifs essentiellement et présente quelques exemples pour l’illustrer et en faciliter sa compréhension. Des questions sur la gestion d'actifs? Contactez Marie-Élaine Desbiens, ing. tél. : 438 398-5521 ou au me.desbiens@ceriu.qc.ca. Service gratuit. Cette initiative est offerte par l’intermédiaire du Programme de gestion des actifs municipaux qui est administré par la Fédération canadienne des municipalités et financé par le gouvernement du Canada.  

On parle du CERIU dans le numéro du printemps 2018 de la revue Contact Plus

2018-03-28
La revue de l’Association des ingénieurs municipaux du Québec (AIGMQ) mentionne le CERIU à plusieurs endroits à l’intérieur de ses pages de sa revue Contact Plus. Rappelons que les deux organismes ont développé un partenariat. Page 4 : nouvelles du partenariat Page 12 et 14 : article Le consentement municipal à Montréal : un travail de collaboration entre la ville et les RTU au bénéfice des citoyens Page 18 : article Tranchées types utilisées par Énergir, le nouveau Gaz Métro Page 22 : article La galerie multiréseaux : vers un projet-pilote à Montréal

Assemblée générale annuelle du CERIU

2018-03-19
Veuillez prendre note que le lieu de l'assemblée générale a été modifié. L'assemblée se déroulera au CERIU, soit au 1255, boul. Robert-Bourassa, bureau 800., Montréal (Qc) H3B 3W3 La 25e assemblée générale du CERIU se tiendra jeudi le 19 avril 2018 à 15 h à l’édifice Bell au 1050, avenue Beaver Hall, à la salle de l’auditorium. Les membres du CERIU qui désirent y assister sont priés de confirmer leur présence auprès de Mme Catherine Lavoie par courriel à : catherine.lavoie@ceriu.qc.ca Voir le rapport annuel 2017 et autres documents plus bas.  Un cocktail sera offert dès 16 h. 

Norme CSA sur la construction des systèmes de biorétention

2018-03-13
  Le groupe CSA a publié pour consultation publique un projet de norme pour la construction de systèmes de biorétention. Le document est disponible à ce lien et la consultation se finit le 23 avril 2018. Notez que le projet de norme sur la conception de système de biorétention sera également en consultation publique prochainement. Voir le document (en anglais seulement). 

Nouvelle publication : Guide d’inspection télévisée des réseaux d’égouts

2018-02-22
Moins d’une année après le début des travaux, le CERIU est fier de vous annoncer la publication du Guide d’inspection télévisée des réseaux d’égouts. La réalisation de ce guide a été possible grâce au financement du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) et à la participation au comité de travail des experts des villes de Québec, Montréal, Dollard-des-Ormeaux ainsi que des firmes Can-Explore et Aqua Data Inc. L’objectif de ce guide est d’aider les municipalités à optimiser leurs investissements en matière d’inspection des réseaux d’égouts, tout en leur permettant de s’assurer de répondre adéquatement aux exigences gouvernementales. Le guide explore notamment les méthodes et les stratégies d’inspection, l’importance des données d’inspection et le contrôle qualité. Le tout est appuyé par des exemples concrets. Surveillez notre bulletin pour connaître la date de mise en ligne du Webinaire sur le guide dès le mois de mars 2018.

Rapport final du portrait des infrastructures en eau des municipalités du Québec

2018-02-20
Au Québec, une partie des infrastructures d'eau approchent la fin de leur vie utile et doivent être renouvelées. On constate que pour maintenir le service de l’eau à son niveau actuel, sa restauration nécessitera des investissements importants au cours des prochaines années.  Afin d’assurer une gestion adéquate des fonds publics, les ministères du gouvernement du Québec sont tenus, selon la Loi sur les infrastructures publiques, de dresser et tenir à jour un inventaire des infrastructures sous leur responsabilité et de préparer annuellement des plans de gestion des investissements.  Voir le rapport

Mot de la présidente-directrice générale 2018

2018-02-05
Bonjour! L'année 2018 est déjà bien en place mais je me permets tout de même de vous faire mes meilleurs vœux de succès et de réussite pour la nouvelle année! Je souhaite vous faire un bilan de l’année 2017 car je suis très fière des réalisations du CERIU qui confirme les efforts continuels apportés par tous, la permanence et nos précieux bénévoles.  Nous avons également consacré beaucoup de temps afin d'offrir à nos membres un tout nouveau site internet. Le congrès INFRA a mobilisé plusieurs intervenants du milieu et dépassé nos attentes!    L’un des objectifs que je m’étais fixés était de favoriser le partenariat avec d’autres organismes.  Il me fait grand plaisir de vous annoncer que plusieurs ententes ont été signées : 1.    Association des architectes paysagers du Québec (AAPQ) 2.    Association des firmes de génie-conseil Québec (AFG) 3.    Association des ingénieurs municipaux du Québec (AIMQ) 4.    Association québécoise des transports (AQTr) 5.    Bitume Québec 6.    Fédération québécoise des municipalités (FQM) 7.    Ministère des transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) 8.    Mutuelle des municipalités du Québec (MMQ) 9.    Ordre des urbanistes du Québec (OUQ) 10.    Réseau Environnement Une belle collaboration a continué tout au long de l’année avec le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) pour finaliser à la fin de l’année, le Portrait des infrastructures en eau des municipalités du Québec. Je rappelle que ce projet est financé par les gouvernements du Canada et du Québec dans le cadre du Programme de recherche appliquée dans le domaine des infrastructures municipales qui s’inscrit dans le volet Recherche et Planification du Fonds Chantiers Canada-Québec. L’an dernier, le CERIU a complété les projets suivants :  -    La publication du guide d’auscultation des voies cyclables en revêtement souple;  -    La publication du guide sur la borne de raccordement commune avec lampadaire (BRC); -    Le rapport sur l’analyse des risques en galerie multi réseaux (GMR); -    Les documents de références relatifs à l’externalisation de l’outil Info-RTU. L’année 2018 s’annonce aussi très active!  Nous publierons sous peu les nouveaux projets de recherches suivants:  -    Guide d’inspection télévisée des réseaux d’égouts; -    L’étude comparative entre deux produits de liaisonnement d’enrobé bitumineux : la bande bitumineuse et le liant d’accrochage ;  -    Guide de surveillance des travaux d’infrastructures municipales ; -    Guide méthodologique pour la gestion des bâtiments municipaux ; -    Guide sur les pratiques d’excavation sécuritaires en hiver ; -    Rapport d’étude sur le remblai sans retrait ; -    Guide de gestion et d’entretien des voies cyclables. En ce qui concerne les formations, j’ai le plaisir de confirmer que des nouvelles formations sont programmées pour l’hiver 2018. -    Gestion des risques, des coûts et des contingences pour les projets en milieu municipal; -    Techniques de rétention : spécificités, applications, inspection et entretien; -    Surveillance de travaux d’infrastructures municipales. Soyez des nôtres le 14 mars 2018 pour notre « Séminaire sur l’emprise publique : Solutions pour une gestion optimisée des interventions ». Nous sommes également présents dans les médias sociaux : suivez-nous sur LinkedIn! Catherine Lavoie, ing. M. Sc.

Bourse Relève: 4 étudiants honorés pour l'excellence de leur projet!

2018-01-23
Lors du congrès INFRA 2017, le CERIU a eu le plaisir de remettre 4 bourses dans les catégories suivantes : Niveau maîtrise 2e Prix – 1 bourse de 500 $ : à Laure Cerisy (ÉTS) pour le projet Outil d'évaluation du coût socio-économique journalier des interventions des projets municipaux. Niveau maîtrise 1e Prix – 1 bourse de 1000 $ : à Alain Balihuta Miruho (École Polytechnique de Montréal) pour le projet Caractérisation mécanique de matériaux biocalcifiés utilisés dans les fondations et sous-fondation des routes. Niveau doctorat 2e Prix – 1 bourse de 500 $ : à Ahmed Assad (Concordia) pour le projet Holistic Resilience-Based Asset Management Using System Dynamics and Evolutionary Optimization. Niveau doctorat 1e Prix – 1 bourse de 1000 $ : à Alireza Mohammadi (Concordia) pour le projet Level of comfort, and safety in railway transit.

Espace Surface

2017-12-14
Les rendez-vous ESPACE SURFACE sont de nouvelles occasions d’échanger, le temps d’une matinée, entre acteurs concernés par les infrastructures municipales de surface sur des sujets d’actualité. Le nombre de places est limité, inscrivez-vous à cet événement gratuit, via courriel auprès de Maéva Ambros: maeva.ambros@ceriu.qc.ca Lancée par le conseil permanent Infrastructures de surface, et animée par Michèle Saint-Jacques et Morgane Sicilia, de l’École de technologie supérieure, la deuxième rencontre matinale aura lieu le jeudi 15 février, de 9h à 12h, à l’École de technologie supérieure, sur le thème :  Le camionnage en milieu urbain. Les thématiques suivantes seront abordées :  Problématiques liées au camionnage ; Réglementation ; Logistique urbaine ; Équipements rendant les véhicules plus sécuritaires. Des conférences suivies de périodes de discussions sont prévues pour échanger sur vos problématiques et constats. En espérant vous voir nombreux !

ESPACE SURFACE : le nouveau rendez-vous des spécialistes en infrastructures de surface

2017-10-16
Les rendez-vous ESPACE SURFACE sont de nouvelles occasions d’échanger, le temps d’une matinée, entre acteurs concernés par les infrastructures municipales de surface sur des sujets d’actualité. Le nombre de places est limité, n’hésitez donc pas à vous inscrire via courriel auprès de Mme Ambros, maeva.ambros@ceriu.qc.ca Lancé par le conseil permanent Infrastructures de surface, et animé par Jean Carrier de la ville de Montréal, la première rencontre matinale aura lieu le jeudi 9 novembre, de 9h à 12h, au CERIU, sur le thème : L’auscultation des chaussées selon les critères du Guide d'élaboration d'un plan d'intervention pour le renouvellement des conduites d'eau potable, d'égouts et des chaussées produit par le MAMOT en 2013. On y abordera les points importants suivants : les intrants pour le calcul de l’indice de condition des chaussées (PCI) l’importance de certaines dégradations relativement à l’indice calculé le mode d’évaluation qu'il soit visuel ou à partir d’équipements spécialisés les exigences minimales à inclure dans les devis d’auscultation l’interprétation de l’indice de condition pour l’établissement du bilan de condition des chaussées la représentativité des résultats par rapport à la réalité observée. Les échanges permettront de faire le point après quatre années d’application des critères du Guide d’élaboration d’un plan d’intervention au niveau des chaussées et d’envisager certaines recommandations. En espérant vous voir nombreux !

Edmonton accueille des communautés de Practice sur la gestion des actifs pour les municipalités du Canada

2017-10-16
La présidente-directrice générale du CERIU, Mme Catherine Lavoie, ainsi que Mme Marie-Élaine Desbiens, spécialiste en gestion d’actifs, ont rejoint 26 autres dirigeantes et dirigeants gouvernementaux et représentants d'associations de onze communautés de compétences provinciales et territoriales à Edmonton les 13, 14 et 15 septembre 2017. Cet atelier national a permis d’élaborer un cadre de collaboration entre les différentes organisations. Les participants ont exploré les moyens de partager de l'information et de s'entraider à travers le Canada tout en continuant à offrir des services de gestion d'actifs à nos collectivités. Les communautés de pratique reconnaissent les différences de taille, de localisation physique, de fonction et de réalités législatives au sein de chaque juridiction, de sorte que les discussions ont porté sur les moyens de collaborer et de partager des ressources, des outils et des pratiques exemplaires qui ne contribueraient pas seulement à favoriser la gestion de l'actif localement, mais fournissent également une voix nationale harmonisée. Le groupe se réunira à nouveau à Québec à la fin du mois d'octobre dans le but de créer une structure définitive et un mandat pour le groupe. Chaque communauté de pratique est structurée pour répondre aux besoins locaux liés à la gestion d'actifs d'infrastructure publique et a été créé pour assurer le transfert de connaissances et le partage d'informations entre leurs communautés et constituants respectifs. Les groupes qui ont participé à Edmonton étaient: Gestion de l'infrastructure de l'Atlantique (couvrant Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard), CERIU (Québec), Asset Management Ontario et Ontario Coalition for Sustainable Infrastructure (Ontario) Asset Management Saskatchewan , Infrastructure Asset Management Alberta, Asset Management BC et Yukon Asset management. Le Manitoba et les Territoires du Nord-Ouest sont également représentés et formeront des groupes similaires. Le Réseau canadien des gestionnaires d'actifs (CNAM) était un participant et a aidé à rassembler le groupe grâce à une offre du Programme municipal de gestion d'actifs (MAMP), délivrée par la Fédération canadienne des municipalités et financée par le gouvernement du Canada. Pour plus de détails sur le programme, cliquez ici Une commandite de la FCM

Un congrès multidisciplinaire spécialisé en gestion d’actifs municipaux au Québec

2017-10-13
La 23e édition du Congrès INFRA 2017 du Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) se déroulera du 4 au 6 décembre, au Palais des congrès de Montréal. Plus de 1 500 participants provenant des villes, de firmes de génie-conseil, d’universités, d’entreprises et du gouvernement. Au programme : un éventail d’innovations technologiques, dont de nouveaux matériaux, techniques, stratégies et savoir-faire. 3 jours pour échanger sur des thèmes stimulants et dynamiser une collaboration multidisciplinaire pour une vision commune d’une gestion durable du patrimoine urbain. Sur le thème Le patrimoine urbain : un enjeu de gestion durable des actifs, cet événement mobilisera des ingénieurs, techniciens, urbanistes, architectes, architectes paysagistes, gestionnaires et chercheurs pour explorer des solutions inédites et repenser les façons de faire de manière à pouvoir laisser aux générations futures des actifs municipaux en bon état. Plus particulièrement, la programmation met l’accent sur les pratiques et techniques qui soutiennent la saine gestion des actifs. De même, il sera question de la diminution des impacts environnementaux par le biais de méthodes d’auscultation et de réhabilitation des réseaux, mais aussi de la mise en œuvre de stratégies de gestion verte des eaux pluviales. On abordera également les enjeux de la transformation urbaine, de la mobilité et de l’acceptabilité sociale. Finalement, un forum de discussion permettra d’amorcer une réflexion sur les enjeux des programmes de financement des infrastructures municipales et les besoins des municipalités du Québec d’aujourd’hui. En ce 375e anniversaire de Montréal, la session du lundi 4 décembre Parole à cinq acteurs du Montréal urbain invite Dinu Bumbaru, Héritage Montréal; Clément Demers, Société AGIL OBNL; Alexandre Taillefer, XPND Capital; Christian Yaccarini, Société de développement Angus; accompagnés par l’urbaniste Marie Lessard, à se pencher sur les avenues prometteuses de l’adaptation de la ville aux réalités changeantes de l’environnement et de la société dans une continuité historique. Ce sont là quelques-uns des sujets d’intérêt qui viendront alimenter le congrès INFRA 2017! Consultez le programme en cliquant ICI

Bénéficier gratuitement d’une formation adaptée à votre municipalité en gestion d’actifs

2017-10-13
Nous sommes heureux d’annoncer que le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) a été sélectionné parmi les 22 organisations partenaires dans l’ensemble du pays qui recevront 3,6 millions de dollars en subventions, afin de concevoir et de donner de la formation sur la gestion des actifs aux municipalités. Cette initiative est offerte par l’intermédiaire du Programme de gestion des actifs municipaux qui est administré par la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et financé par le Gouvernement du Canada.  Par l’entremise de cette initiative, le CERIU annonce, dès aujourd’hui, que sa formation Éveil aux concepts de base reconnus en gestion d’actifs est offerte, gratuitement, à deux représentants par municipalité du Québec. Cette formation d’une journée propose un aperçu des bonnes pratiques de gestion d’actifs internationales, et des principes, que le système de gestion ISO 55001 demande d’intégrer à une organisation. La formation veut permettre ainsi de mieux comprendre comment l’alignement organisationnel peut se structurer afin d’éviter les vases clos et initier des gains tangibles pour votre organisation. Le but étant d’aider les municipalités à accroître les compétences de leurs employés afin que la gestion des actifs passe de la théorie à la pratique et puisse ainsi optimiser, à des coûts abordables, les services souhaités par les résidents. Consultez la formation en cliquant ICI Consultez le programme de gestion des actifs municipaux de la FCM en cliquant ICI   

Les cyclistes, victimes du mauvais état des routes

2017-08-29
Des chercheurs se penchent sur l’entretien des voies routières et cyclables afin de limiter les accidents Climat, circulation, travaux : les routes du Québec sont malmenées et se dégradent à grande vitesse. Les coûts matériels et parfois humains qui en découlent poussent des chercheurs à proposer de nouvelles façons d’envisager l’entretien du réseau routier et cyclable de la province. Les routes du Québec sont mal en point, au plus grand dam des usagers. Si pour un automobiliste rouler dans un nid-de-poule rime souvent avec un passage au garage et des centaines de dollars en moins, pour un cycliste la situation peut être bien plus grave et valoir un séjour à l’hôpital, ou pire. Il y a deux ans, alors qu’elle circulait à vélo rue Chambord, à Montréal, pour se rendre sur son lieu de travail, Sophie Bouchard a roulé dans une flaque d’eau qui cachait en réalité un trou de plusieurs centimètres. Ce fut la chute directe. « J’ai été chanceuse,confie-t-elle, je m’en suis sortie avec une entorse à la cheville et de grosses égratignures ici et là. J’allais vraiment lentement, sinon ça aurait pu être bien pire. » La jeune femme n’est pas la seule à s’être blessée en raison du mauvais état de la chaussée. C’est le cas de plusieurs cyclistes chaque année à travers la province. Certains, n’ayant pas la « chance » de Mme Bouchard, en ressortent avec de graves blessures. « Une voiture, ça va abîmer ses pneus, mais quand un cycliste roule dans un nid-de-poule, il rentre dedans et c’est une chute », s’inquiète la directrice de Vélo-Québec, Suzanne Lareau. Et quand bien même le cycliste tenterait d’éviter le trou formé dans l’asphalte, en déviant de sa trajectoire, il se met en danger en étant plus susceptible de frôler des voitures », soutient-elle. « On a clairement un problème au Québec en matière d’infrastructures et de réseau routier », renchérit la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier, qui se désole de voir l’état des routes jouer autant sur la sécurité tant des automobilistes que des cyclistes. Sans pouvoir avancer de statistiques sur le nombre d’accidents causés particulièrement par ce problème, Mme Gauthier soutient que le montant des réclamations a beaucoup augmenté ces dernières années en ce qui a trait à des réparations de véhicules, et elle voit un lien à faire. Pour elle, le problème repose essentiellement sur le nombre grandissant de véhicules circulant sur le territoire. La Fondation Suzuki estimait récemment qu’en moyenne 80 000 véhicules s’ajoutaient sur les routes québécoises chaque année depuis 2006. « Quand on a construit [notre réseau routier], on ne l’a peut-être pas pensé pour autant de passages de véhicules », dit-elle, estimant qu’il faudrait réduire la circulation routière au plus vite, notamment en encourageant davantage l’utilisation et l’offre de service en transport en commun. Prévenir plutôt que guérir « Je dirais que le trafic contribue le plus à la détérioration des routes, suivi du climat et enfin du mauvais entretien », considère quant à lui Soliman Abu-Samra, de l’Université Concordia. Le doctorant s’inquiète grandement du vieillissement des routes de la province, rappelant que, rien qu’à Montréal, en moyenne 50 000 nids-de-poule sont comblés chaque année. 50 000C'est le nombre de nids-de-poule comblés chaque année à MontréalSource: Pavement Condition Rating Using Multiattribute Utility Theory Mais impossible d’agir sur le climat et difficile d’influer sur le trafic pour un chercheur. M. Abu-Samra a toutefois développé — avec d’autres chercheurs de Concordia — un système pour évaluer précisément l’état actuel d’une chaussée et ainsi recommander une intervention appropriée avant que la situation ne s’aggrave. Une façon d’aider les municipalités à mieux planifier leurs travaux d’entretien. « La différence avec les autres systèmes, c’est qu’il tient compte des facteurs opérationnels et climatiques, soit le trafic quotidien annuel moyen, le gel et dégel, la température moyenne en été et en hiver », explique-t-il. « Il faut penser le défaut d’infrastructure comme un être humain souffrant de tumeur cérébrale. Plus tôt vous le détectez et intervenez, moins le cancer se propage, et les chances et les chances de sauver une vie augmentent. C’est pareil avec une route qui a une fissure minuscule; en cas d’intervention retardée, la fissure se propagera et causera des dommages structurels à la route », donne-t-il comme exemple. D’après lui, la fermeture de routes pour refaire entièrement la chaussée et le coût que cela engendre pourraient être évités si les travaux d’entretien n’étaient pas retardés. « Le coût du retard de maintenance puis de réhabilitation peut être 6 à 10 fois supérieur à celui d’une action préventive », indique-t-il. Les pistes cyclables ne sont pas épargnées Véhicules ou non, les chaussées ont une durée de vie limitée, constate quant à elle Suzanne Lareau, de Vélo-Québec, faisant remarquer que les pistes cyclables n’échappent pas non plus aux fissures et aux nids-de-poule. Elles s’abîment moins vite que les routes, mais ont tout de même besoin d’être refaites pour éviter de mettre la santé, voire la vie, des cyclistes en danger. À ses yeux, il serait nécessaire que les municipalités se dotent de normes pour surveiller et entretenir les pistes cyclables, comme il en existe déjà pour les routes traditionnelles. 4,6 milliards C’est la somme investie sur les routes du Québec, pour la période 2017-2019, provenant des contribuables, que ce soit par l’entremise de taxes, de frais divers ou de redevances.Source: CAA Québec Le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) a justement publié en mai dernier un Guide d’auscultation pour les voies cyclables, avec l’aide financière de la Ville de Montréal. Le guide, tout premier du genre, s’adresse aux municipalités, entrepreneurs, organismes et institutions oeuvrant dans le milieu des infrastructures. Alors que de nouvelles pistes cyclables voient le jour chaque année, d’une ville à l’autre à travers la province, aucune norme en matière d’inspection et d’entretien de ces voies n’existe à l’heure actuelle au Québec, indique Maéva Ambros, chargée de projet au CERIU. « On voulait établir de bonnes pratiques dans le domaine et aider les municipalités à homogénéiser leurs façons de faire et à bien évaluer l’état des pistes. On leur propose notamment un classement en fonction du degré de sévérité. » Les villes sont en effet peu outillées dès qu’il s’agit d’entretenir leur réseau cyclable à long terme. Et utiliser les techniques existantes pour ausculter l’état des routes ne serait pas la solution puisqu’elles ont été conçues en fonction du confort des conducteurs de véhicules. « Le degré de sévérité n’est pas le même entre une route et une piste cyclable », soutient Maéva Ambros. « Un pneu de vélo, c’est bien plus fin qu’un pneu de voiture, donc [une chaussée en mauvais état] devient plus rapidement dangereuse pour les cyclistes. Certaines fissures ne sont pas acceptables sur les pistes cyclables alors qu’elles seraient encore tolérées sur une route traditionnelle », note-t-elle. De son côté, Mme Lareau estime que les travailleurs de la Ville ont aussi leur part de responsabilité dans ce problème. Elle déplore le manque de soin avec lequel ils rebouchent et colmatent les chaussées qu’ils ont dû éventrer pour réparer des canalisations. « C’est fait vite, sans se préoccuper du fait que les cyclistes ont besoin d’une surface plus lisse que les voitures pour leur sécurité », ajoute-t-elle. Source: Le Devoir  

Benchmark : données 2015 sur les pertes en eau au Québec

2017-08-18
Saint-Georges de Beauce et Adstock, des municipalités exemplaires Dans une video produite par le CERIU, Mathieu Laneuville, ingénieur et chargé du projet sur la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable du MAMOT, explique comment les municipalités peuvent procéder à l’installation de débitmètres et d’enregistreurs de données afin de détecter et de réparer leur fuites d’eau plus rapidement.  Source www.Flukaqua.com 

2022 © CERIU | Plan de site